Le MIECST est né d’une proposition formulée par le sculpteur Alberto Carneiro à la municipalité de Santo Tirso, en 1990, pour la réalisation d’une série de symposiums de sculpture publique.

Le MIECST, en tant qu’institution muséologique, se veut un espace de dialogue et de confrontation des différents courants artistiques contemporains et, fondamentalement, de diffusion et de débat sur la sculpture publique. Il se développe comme un espace privilégié de réflexion et comme un pôle fédérateur de projets innovants, profitant de la singularité de sa nature et de la relation privilégiée que les pièces qui composent sa collection établissent avec l’espace qu’elles occupent. Il se veut comme un lieu pluriel de forte interaction entre les citoyens et l’art.

Le musée est défini par le périmètre urbain, ce qui permet une visite autonome qui renforce la relation entre les pièces et leur environnement. Comptant actuellement 57 sculptures, le MIECST est organisé en six noyaux principaux : le parc D. Maria II et les jardins adjacents, la place de la mairie, le parc Carvalhais, la place Camilo Castelo Branco, le parc urbain Sara Moreira et le parc urbain de Geão.

© José Rocha
© José Rocha
© José Rocha
© José Rocha
© José Rocha

Artistes

Alberto Carneiro

Alberto Carneiro (Mamede do Coronado, Trofa, 1937 – Porto, 2017) a étudié, entre 1947 et 1958, les technologies du bois, de la pierre et de l’ivoire dans les ateliers d’art religieux de sa ville natale, une première expérience qui a marqué son travail artistique ultérieur. Entre 1961 et 1967, il étudie la sculpture à l’École des Beaux-Arts do Porto et, de 1968 à 1970, il fréquente la St Martin’s School of Art de Londres, où il entre en contact direct avec les courants artistiques émergents, à savoir l’art conceptuel et le land art, qui ont une influence majeure sur son œuvre.

Alberto Carneiro est considéré comme un pionnier de l’art conceptuel au Portugal. Tout au long de sa carrière, il a développé une relation unique entre l’art et la nature. L’utilisation de matériaux naturels bruts, le recours à la photographie comme médiateur de la relation du sujet avec la nature et l’approche anthropologique et esthétique du paysage naturel sont quelques-uns des moyens par lesquels Carneiro a contribué au renouveau de la sculpture portugaise qui s’est produit à partir de la seconde moitié des années 1960.

Ses œuvres ont été présentées dans de nombreuses expositions individuelles et collectives au Portugal et dans d’autres pays européens. Il a représenté le Portugal aux Biennales de Paris (1969), Venise (1976) et São Paulo (1977). Dans le parc de Serralves se trouve une installation permanente de l’œuvre Ser Árvore e Arte, 2000-2002, spécialement conçue par l’artiste.

Rui Sanches

Rui Sanches est né à Lisbonne, au Portugal, en 1954. Il a étudié pendant trois ans à la Faculté de Médecine de L’université de Lisbonne, abandonnant le cursus en 1974 pour rejoindre Ar.Co – Centre d´art et de Communication Visuelle, à Lisbonne, où il s´inscrit aux ateliers de peinture et de dessin. De 1977 à 1980, il a étudié au Goldsmiths’ College, à Londres, où il a obtenu une licence en arts. Entre 1980 et 1982, il a obtenu un Master of Fine Arts à l’université de Yale, aux États-Unis, grâce à une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian. Dans les années 1980, son travail est marqué par des références claires à des sources de l’histoire de l’art du XVIIe au XIXe siècle. Le bois et ses dérivés – contreplaqué, aggloméré, etc. – sont les matériaux de prédilection du sculpteur, qui les combine parfois avec des tuyaux, de l’acier ou à partir des années 1990, avec du verre ou des miroirs, par exemple. À partir des années 1990, Rui Sanches se déconnecte des références historiques et introduit dans son travail des éléments modelés jusqu’alors absents, explorant un nouveau processus de construction – l’empilement de formes plates pour former un élément tridimensionnel.

© António Jorge Silva
Fernanda Fragateiro

Fernanda Fragateiro est née à Montijo, au Portugal, en 1962, et vit et travaille actuellement à Lisbonne. Entre 1978 et 1981, elle a étudié à l’École des Arts Décoratifs António Arroio, à Lisbonne, où elle a présenté sa première exposition, « Panoramas » (avec António Campos Rosado), en 1981. De 1981 à 1982, elle a étudié au AR.CO – Centre d´Art et Communication, à Lisbonne, et de 1983 à 1987, elle a étudié la sculpture à l´École Supérieure des Beaux-Arts de la même ville. Son travail se caractérise avant tout par une approche interdisciplinaire, où des domaines tels que la sculpture, les installations, la céramique, l’architecture, le design ou l’illustration se croisent et se relient réciproquement, dans des œuvres qui dialoguent avec l’espace où elles sont insérées et avec le spectateur qui est souvent convoqué pour une action performative qui complète l’œuvre. Outre « Eu espero », œuvre créée pour le 5e Symposium International de Sculpture Contemporaine de Santo Tirso, en 1999, ses projets publics comprennent, plus récemment, « Desenho suspenso », Parc Naturel de Pisão, Cascais, 2011, ou « Concrete Poem », Vila Nova da Barquinha, 2012.

© Patrick Esteves
Pedro Cabrita Reis

Pedro Cabrita Reis est né en 1956 à Lisbonne, où il vit et travaille actuellement, après s’être inscrit en 1973 à l’École des Beaux-Arts de la même ville pour suivre le cours de peinture. Il a exposé individuellement pour la première fois en 1981 et, depuis lors, il a développé une œuvre complexe, caractérisée par l’utilisation d’une variété de moyens allant du dessin et de la peinture à la sculpture et aux installations. Utilisant des matériaux simples et divers, tels que le bois, le verre, le plâtre, la pierre, le plastique ou le métal, et utilisant parfois des éléments et des objets domestiques ou du quotidien, ses œuvres explorent des questions liées aux processus de construction, à l’architecture et à la mémoire, avec une sensibilité particulière pour l’occupation de l’espace, qu’il s’agisse d’un espace d’exposition ou de l’extérieur (urbain ou paysager). Il a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives dans d’importants musées et centres d’art au Portugal et à l’étranger.

José Barrias

José Barrias est né en 1944 à Lisbonne. De 1950 à 1967, il a vécu à Porto où il a brièvement fréquenté l’École des Beaux-Arts. Entre 1967 et 1968, il vit à Paris, puis s’installe définitivement à Milan en 1968, où il vit et travaille actuellement. Son œuvre complexe est organisée autour de noyaux thématiques ouverts, qui se lient les uns aux autres comme les chapitres d’un livre qui se révèle par des images, qui sont les œuvres de l’artiste. Travaillant avec différents médias – peinture, dessin, sculpture, objets trouvés, photographie, textes écrits, films – ceux-ci sont souvent conjugués dans une même œuvre, notamment sous la forme d’installations qui occupent et s’ajustent à l’espace d’exposition. Malgré la variété de son travail, la plupart de ses œuvres ont en commun le fait qu’elles se développent à partir d’un texte, d’une histoire ou d’un événement de la vie de l’artiste, explorant les concepts de trace et de mémoire.